+ vol pour la Tunisie

Les Palmeraies

EN SAVOIR PLUS

Dans les palmeraies, les hommes ont toujours exploités l’agriculture oasienne à étages (le palmier qui grâce à sa fraicheur instaure un micro-climat préservant une certaine humidité permettant de cultiver des arbustes tel que le figuier et des plantes basses comme les légumes). A partir des années 1970, la culture intensive des dattes (notamment Deglet nour) a peu à peu supplanté cette agriculture oasienne.

 

Les palmiers ont donné le nom au Chott : chott el Jerid (Jerid signifiant la palme du palmier), car le chott est bordé tout autour de palmeraies. Le Chott, cette mer asséchée est devenue une grande étendue plate est large de 80 à 400km selon les endroits.   Le sel de saumure est exploité (à voir proche de la route qui traverse le Chott) mais ce sel sert plutôt à saler nos routes européenne lors des chutes de neige. Sur ses bords et légèrement en dessous de sa surface, les roses des sables se sont formées. On en voit un peut partout à la vente.  S’il n’y a plus d’eau en surface, il y a par contre une immense nappe d’eau chaude en profondeur, située entre 1500 et 2000m. Cette eau à 80°C est refroidie dans d'immense radiateurs de refroidissement que l'on voit notamment près de Kebili. D’autres nappes se superposent (la nappe phréatique à 20-60 m plutôt salée non exploitée, 100-300m destinée à l'irrigation et à 600 m la nappe tyrolien non exploité gardée en réserve). Ces nappes se sont constitué selon les couches géologiques, stockées dans le sable, entre des couches d’argiles étanches. Plus ou moins exploitées, ces nappes alimentent de nombreuses palmeraies qui bordent le chott (à l’écart de la zone salée du chott) ceci entre Tozeur et Gabès au bord de la méditerranée.

 


0 H 0 H 0 H
0DT 0DT 0DT

Carte

Activités Hébergements Transports

Commentaires

Hébergements

Rester informé

Top